Suède: immigration et entreprenariat.

En Suède vivent aujourd’hui 1,8 million d’hommes et de femmes ayant des racines dans d’autres régions du monde. Les immigrés créent leur propre entreprise plus souvent que les Suédois. Les immigrés sans emploi créent plus souvent leur propre entreprise que les Suédois sans emploi. Les  femmes issues de l’immigration créent plus souvent leur propre entreprise que les femmes suédoises.

Une nouvelle entreprise sur cinq est fondée par une femme ou un homme issu de l’immigration. Les jeunes immigrés sont plus nombreux à miser sur la création d’entreprise. Ces faits sont établis par un rapport  publié par l’Autorité chargée de l’Intégration. Ce rapport indique que dans la tranche des 18 à 24 ans, deux jeunes issus de l’immigration pour un jeune de souche suédoise gèrent leur propre entreprise. Ces chiffres reflètent la situation des femmes autant que celle des hommes. Le même rapport souligne que dans la tranche d’âge 25-44 ans, les nouvelles entreprises créées par des immigrés sont nettement plus nombreuses que celles créées par des Suédois de souche. La durée du séjour en Suède joue ici un rôle important. Plus la durée de leur séjour s’allonge, plus les immigrés choisissent de miser sur la création d’entreprise. Une majorité d’immigrés venus en Suède il y a dix ans ont ainsi choisi de créer leur propre entreprise. Parmi eux, les immigrés venus d’Asie représentent un pourcentage important de l’ensemble des entrepreneurs issus de l’immigration et établis en Suède. Les entrepreneurs issus de la première génération de ce groupe font cependant face à de nombreuses difficultés au niveau de la création de leur entreprise mais également lors de la phase d’expansion de l’entreprise créée. (Sources : Svensk Handel et Nuteks)

La difficulté majeure apparaît avant tout lors des contacts préliminaires destinés à obtenir les financements requis pour l’établissement d’une nouvelle entreprise, voire pour l’expansion d’une entreprise existante. Lors des premiers entretiens avec les établissements bancaires et financiers, les nouveaux Suédois sont souvent pénalisés par leurs origines : ceci tient souvent  à leur inaptitude à présenter de manière rigoureuse et convaincante leur idée d’affaire ou leur plan d’action. Leur démarche manque souvent de rigueur et d’efficacité en raison d’une  maîtrise insuffisante du suédois ou d’une connaissance limitée des lois et règlements en vigueur dans ce secteur.

En dépit de ces obstacles, la Suède compte actuellement 70 000 entreprises créées par des entrepreneurs issus de l’immigration, ces entreprises employant un total de 250 000 personnes. Une nouvelle entreprise sur cinq est créée par une femme ou un homme issu de l’immigration. A noter que cet entreprenariat s’étend désormais à tous les secteurs de l’économie nationale et qu’il a permis l’émergence d’idées novatrices et de profils dont la réussite ne peut que faire des émules.